Press reviews

CHALETS ET MAISONS BOIS, HIVER 2004/2005

VIEUX BOIS ET DESIGN : UN MARIAGE PARFAIT !

Les chalets abritent douze chambres contemporaines, spacieuses, avec cheminées pour certaines. Avec leur balcon découpé, face au Mont-Blanc, elles sont d'un confort sans égal : le crépitement du feu dans la cheminée, les couettes douillettes au creux d'une alcôve, le linge de maison griffé confirment le goût immodéré de l'architecte pour l'art de vivre.

LE POINT, 16 DÉCEMBRE 2004

CHAMONIX REDORE SON BLASON.

Depuis huit ans, Pierre Carrier, un chaleureux Savoyard, a transformé le Hameau Albert 1er, autrefois une modeste "pension de chemin de fer" ouverte par son arrière-grand-père en 1903, en un des fleurons de la chaîne d'hôtels indépendants Relais & Châteaux. Toujours en quête d'"une tendance à l'avance", Pierre Carrier étrennera à Noël 15 nouvelles chambres, dont 12 de plus de 50 mètres carrés, avec bain balnéo, cheminée, équipement technologique ultramoderne et meubles signés Gerrit Thomas Rietveld, un maître de l'Art déco. Montant des travaux : 4 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 3 millions d'euros déjà investis en 1997. Les clients apprécient. A 490 euros la nuit "en chambre luxe avec cheminée", le Hameau Albert 1er affiche complet pour les fêtes !

GLAMOUR, DÉCEMBRE 2004 CHAM'CHIC.

On vous connaît : si vous descendez au Hameau Albert 1er, ce n'est pas parce que ce Relais & Châteaux possède deux piscines, plusieurs restaurants à tomber, un spa incroyable et une clientèle assez jet-set avec laquelle on peut faire la fête. Mais juste parce qu'à Chamonix, l'air qui vient tout droit du mont Blanc est bien meilleur.

HÔTELS EXTRAORDINAIRES MONTAGNE

(Herbert Ypmaz, éditions Hachette)

Ne vous y trompez pas, le Hameau offre un luxe digne d'un hôtel cinq étoiles mais il évite une décoration surchargée et convenue. Avant tout, la famille est sportive et leur passion pour l'exceptionnel domaine skiable de Chamonix est communicative. Un matin que j'étais sorti tôt, il avait neigé toute la nuit et l'endroit était digne d'un conte de fées, la seule âme que je rencontrai fut un type conduisant un chasse-neige, le visage éclairé d'un grand sourire. Il s'avéra que c'était Pierre goûtant aux délices de ce manteau neigeux tout frais, comme si c'était la première fois.

L'EXPRESS, 9-15 AOÛT 2004

DÉJEUNER. UNE BELLE MAISON.

On peine à se frayer un chemin entre le potager tiré au cordeau, une piscine turquoise et le parking. Mais on finit par s'installer à la terrasse de la Maison Carrier, accueilli par de fines rondelles de saucisson et un morceau de cake salé aux contours croquants. Ça se présente comme ça, un "restaurant de pays", sans chichis mais très chic, imaginé il y a sept ans par Pierre Carrier sous l'aile de son Albert 1er, restaurant gastronomique deux fois étoilé. Stéphane Gassot n'a eu qu'à traverser le jardin pour prendre en main les cuisines de ce sublime chalet. Sa mission : le produit, le produit, encore le produit. "On ose le menu tout cochon ? C'est parti", lance Serge Ratton, directeur de salle et grand manitou de la cave. Tout est bon, suivant l'adage respecté à la lettre par le chef, Normand de Granville, ravi de son sort. "J'aime que ça mijote, lancer le gigot de sept heures pour le plat du jour du lendemain et réussir la cuisson à la broche d'une grosse pièce de bœuf sous le feu du hêtre", reconnaît Stéphane Gassot. Dans une étonnante légèreté, il revisite les classiques de la cuisine de bonne femme.

LE POINT, 5 AOÛT 2004

NOS COUPS DE CŒUR.

Hameau Albert 1er : les chambres de la ferme reconstruite dans le parc avec des matériaux anciens mêlent le charme alpin au design italien. Ce hôtel luxueux est également réputé pour son restaurant gastronomique : filet d'omble chevalier du Léman, pigeon fermier…

L'EXPRESS MAG, 19-25 JUILLET 2004

DES MONTAGNES DE GOURMANDISE.

Vous avez encore en tête la fondue à la bonne franquette des Bronzés font du ski ? Oubliez vos clichés sur la gastronomie alpine et préparez-vous à partir à la découverte de produits du cru ressuscités ou tout juste lancés par des passionnés, de saveurs à la subtilité inattendue, de chefs étoilés qui flirtent avec les sommets… (…) Chez le chef biétoilé Pierre Carrier, au Hameau Albert Ier, à Chamonix, le lard fumé d'Arnad se métamorphose en émulsion pour mieux souligner la finesse d'une noix de saint-jacques.

LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ, 17 JUILLET 2004

SOUVENIRS DE MONGOLIE.

L'hôtel Albert Ier et la Maison Carrier offrent un écrin jusqu'au 12 septembre au peintre Evelyne Cail et au sculpteur Lucette Cherix pour exposer leurs œuvres à leur retour de Mongolie.
Après trois semaines passées en Mongolie, Evelyne Cail nous fait rêver devant ses peintures et pastels, qui, contrairement à la photo qui supprime l'imaginaire, nous permettent de voyager en laissant libre cours à notre imagination. On s'évade des paysages plutôt verticaux de Chamonix pour se retrouver les yeux perdus sur des immensités horizontales face aux jaunes de l'herbe des steppes et aux couleurs rendues pastels grâce à la brûlure du soleil, la lumière étant si forte en Mongolie, qu'elle noie les couleurs. (…)
Lucette Cherix a le goût de la sculpture “depuis toujours” ! Elle présente à l'hôtel Albert Ier et à la Maison Carrier ses “Nomades”. Pendant son séjour en Mongolie, elle a été enthousiasmée par l'espace de ce pays et la liberté que les Nomades dégagent. Elle pense à tous les nomades du monde car elle-même se considère “nomade” par son art et sa créativité ! Ses sculptures sont réalisées en porcelaine, en grès et en argile ; le travail de Lucette Cherix est axé sur le regard de ces peuples nomades qui ont leurs yeux, derrière les voiles, rivés sur les terres immenses et les bourrasques qui en modifient le relief.

Pages