Press reviews

BILAN, JANVIER 2005

COCOONING AMOUREUX

Dans la petite ville de Chamonix, le Hameau Albert 1er détonne par son authenticité. Construit tout en bois autour d'un verger enneigé et d'une piscine mi-extérieure mi-couverte, il fait face aux paysages du Mont-Blanc. Destination résolument romantique, cet hôtel recèle tous les charmes que l'on peut attendre de l'intimité : chaleur de la décoration, beauté naturelle du bois, confort des salles de bains, et ravissement de la vue. Figurant non seulement aux Relais & Châteaux mais aussi aux Relais Gourmands, le Hameau a fait de la gastronomie son point d'orgue. Ainsi, c'est d'une part un restaurant gastronomique et d'autre part une table régionale qui réjouissent les papilles du voyageur.

ELLE, 24 DÉCEMBRE 2004

ALTITUDE, PISCINE ET VOLUPTÉ.

On appelle cet hôtel "le village". C'est une maison centenaire entourée de trois fermes cossues et authentiques, plantées au milieu des sapins et des bouleaux. L'ancien côtoie les meubles Le Corbusier et Gaetano Pesce. L'un des deux restaurants a deux étoiles au Michelin. Côté forme ? Piscines extérieure et intérieure, spa, sauna, jaccuzi et appareils de musculation. Baignoire balnéo dans certaines chambres.

RHÔNE-ALPES PEOPLE.COM , HIVER 2004

DES HÔTELS COMME S'IL EN NEIGEAIT.

Bienvenue au Hameau Albert 1er. Havre de paix avant tout, ce Relais-Châteaux et Relais Gourmand vient tout juste de fêter ses cent ans, et à le voir, il ne les fait pas. A partir du 15 décembre (date d'ouverture de la saison), le voile sera levé sur les quinze nouvelles suites, dont 12 font plus de 50 m2. Confort absolu pour ces chambres avec balnéo pour certaines et cheminées pour d'autres. On y passerait tout l'hiver. Difficile de résister à la piscine couleur menthe glacée (chauffée quand même !). Impossible de résister à la cuisine de Pierre Carrier, chef deux fois étoilé, qui revisite avec talent la cuisine de "bonne femme". Alors cet hiver, tous à Cham car dans les hôtels aussi, on vit l'extrême.

CHALETS ET MAISONS BOIS, HIVER 2004/2005

VIEUX BOIS ET DESIGN : UN MARIAGE PARFAIT !

Les chalets abritent douze chambres contemporaines, spacieuses, avec cheminées pour certaines. Avec leur balcon découpé, face au Mont-Blanc, elles sont d'un confort sans égal : le crépitement du feu dans la cheminée, les couettes douillettes au creux d'une alcôve, le linge de maison griffé confirment le goût immodéré de l'architecte pour l'art de vivre.

LE POINT, 16 DÉCEMBRE 2004

CHAMONIX REDORE SON BLASON.

Depuis huit ans, Pierre Carrier, un chaleureux Savoyard, a transformé le Hameau Albert 1er, autrefois une modeste "pension de chemin de fer" ouverte par son arrière-grand-père en 1903, en un des fleurons de la chaîne d'hôtels indépendants Relais & Châteaux. Toujours en quête d'"une tendance à l'avance", Pierre Carrier étrennera à Noël 15 nouvelles chambres, dont 12 de plus de 50 mètres carrés, avec bain balnéo, cheminée, équipement technologique ultramoderne et meubles signés Gerrit Thomas Rietveld, un maître de l'Art déco. Montant des travaux : 4 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 3 millions d'euros déjà investis en 1997. Les clients apprécient. A 490 euros la nuit "en chambre luxe avec cheminée", le Hameau Albert 1er affiche complet pour les fêtes !

GLAMOUR, DÉCEMBRE 2004 CHAM'CHIC.

On vous connaît : si vous descendez au Hameau Albert 1er, ce n'est pas parce que ce Relais & Châteaux possède deux piscines, plusieurs restaurants à tomber, un spa incroyable et une clientèle assez jet-set avec laquelle on peut faire la fête. Mais juste parce qu'à Chamonix, l'air qui vient tout droit du mont Blanc est bien meilleur.

HÔTELS EXTRAORDINAIRES MONTAGNE

(Herbert Ypmaz, éditions Hachette)

Ne vous y trompez pas, le Hameau offre un luxe digne d'un hôtel cinq étoiles mais il évite une décoration surchargée et convenue. Avant tout, la famille est sportive et leur passion pour l'exceptionnel domaine skiable de Chamonix est communicative. Un matin que j'étais sorti tôt, il avait neigé toute la nuit et l'endroit était digne d'un conte de fées, la seule âme que je rencontrai fut un type conduisant un chasse-neige, le visage éclairé d'un grand sourire. Il s'avéra que c'était Pierre goûtant aux délices de ce manteau neigeux tout frais, comme si c'était la première fois.

L'EXPRESS, 9-15 AOÛT 2004

DÉJEUNER. UNE BELLE MAISON.

On peine à se frayer un chemin entre le potager tiré au cordeau, une piscine turquoise et le parking. Mais on finit par s'installer à la terrasse de la Maison Carrier, accueilli par de fines rondelles de saucisson et un morceau de cake salé aux contours croquants. Ça se présente comme ça, un "restaurant de pays", sans chichis mais très chic, imaginé il y a sept ans par Pierre Carrier sous l'aile de son Albert 1er, restaurant gastronomique deux fois étoilé. Stéphane Gassot n'a eu qu'à traverser le jardin pour prendre en main les cuisines de ce sublime chalet. Sa mission : le produit, le produit, encore le produit. "On ose le menu tout cochon ? C'est parti", lance Serge Ratton, directeur de salle et grand manitou de la cave. Tout est bon, suivant l'adage respecté à la lettre par le chef, Normand de Granville, ravi de son sort. "J'aime que ça mijote, lancer le gigot de sept heures pour le plat du jour du lendemain et réussir la cuisson à la broche d'une grosse pièce de bœuf sous le feu du hêtre", reconnaît Stéphane Gassot. Dans une étonnante légèreté, il revisite les classiques de la cuisine de bonne femme.

Pages