Revue de presse française

Edition 2014 du Guide Rouge - La Revue du Vin de France-->

Notre sommelier Christian Martray, a dégusté et sélectionné les crus de Savoie et du Jura
pour cette édition 2014.

Guide rouge Couverture Guide rouge 

 

 

Déjeuners Oenologiques - TV8 Mont Blanc-->

Investissement conseil - Juin 2013 - Tendances Voyages-->

 

 

  

Au pied du Mont Blanc

Chamonix, ses guides, sa mer de glace, son aiguille du Midi et…son Hameau Albert 1er, un Relais & Châteaux de cinq étoiles. Au menu de cet emblématique établissement, le chef doublement étoilé Pierre Maillet a concocté un frais menu de saison : blanc de saint-pierre de ligne, cédrat et fève de tonka, asperges vertes de chez Robert Blanc, canette perle de la Dombes laquée en croûte d’orange, la cuisse en compotée, amande, coriandre et citron confit, tarte chartreuse verte et chocolat grand cru de l’île de Java, pour ne citer que quelques-unes de ses savoureuses créations… En Juin, les 8 et 9 plus précisément, ce sont les déjeuners œnologiques  pour les accords mets-vins avec, comme invité, les vins du Sud-Ouest. Notez déjà sur votre agenda que les déjeuners œnologiques des 6 et 7 Juillet tourneront sur le thème des vins de Loire. A déguster au pied des neiges éternelles. Un petit séjour s’impose pour profiter de l’élégance de cet hôtel de charme, du cadre montagnard grandiose de la vallée du Mont Blanc et pour se ressourcer au spa ‘Le Bachal’ (bassin en patois savoyard).

L'Officiel voyage n°44 - Premier de cordée-->

  

Premier de cordée

Au pied du Mont-Blanc, dans un vaste jardin où court un ruisseau, le Hameau Albert 1er forme un ensemble composé d’une grande demeure principale, d’une ferme et de deux chalets. Les chambres du bâtiment traditionnel ont abandonné l’esprit chalet pour offrir un style contemporain, la ferme, elle, abrite 12 chambres habillées de bois, avec vue sur les aiguilles Rouges… Pour un séjour en famille, vous choisirez l’un des deux chalets : le Soli (80 m², 6 personnes) avec cheminée et mezzanine, deux chambres spacieuses et un sauna ; ou le Grépon (4 personnes), mariant l’érable et le Corian, avec une chambre, une alcôve et une terrasse. Hiver comme été, Chamonix demeure la Mecque des vacances en montagne. Après une journée d’efforts, à l’heure de la détente, le Hameau propose aussi une très belle piscine intérieure-extérieure ainsi qu’un centre de remise en forme, le Bachal, avec fitness, balnéothérapie et soins esthétiques. Et pour les gourmets, deux tables : l’Albert 1er, le restaurant gastronomique (doublement étoilé), et La Maison Carrier pour une cuisine de pays. C.-L.P.
Chambre double à partir de 155 €. A partir de 620 € la nuit pour le chalet Grépon et de 1000€ pour le chalet Soli. Renseignements 04 50 59 05 09 et www.hameaualbert.fr

Jour de France, mensuel du mois de mars 2013-->

Art de vivre

 

Art de vivre

 

Art de vivre

 

Art de vivre

 

Art de vivre

 

Art de vivre

  

ART DE VIVRE

LE HAMEAU ALBERT 1ER, QUI APPARTIENT A LA FAMILLE CARRIER ? RESTE LE FLEURON DE L’HOTELLERIE RESTAURATION FRANCAISE, POURTANT, IL EXISTE DANS NOTRE PAYS BEAUCOUP D’AUTRES ETABLISSEMENT POUVANT S’ENORGUEILLIR D’AFFICHER CINQ ETOILES SUR LEUR ENSEIGNE. MAIS AUCUN NE JOUIT A LA FOIS D’UNE SITUATION A CE POINT PRIVILEGIEE, D’UN EVENTAIL DE PRESTATIONS AUSSI LARGE, D’UNE QUALITE DE SERVICE EXCEPTIONNELLE, D’UNE TABLE HORS-NORME PEUT-ETRE LA MEILLEURE DE FRANCE.

Sa majesté Chamonix !
On retrouve déjà les traces de la présence de la famille Carrier à Chamonix au 17ème siècle. Joseph Carrier y tenait au début des années 1900 une épicerie doublée d’une mercerie. En complément de cette activité, il transportait des voyageurs en diligence de Chamonix vers Genève ou Martigny. Avec l’arrivée du train, il eut l’idée de faire construire, en 1903, un petit hôtel, « la Pension du Chemin de Fer », ouvert uniquement en été jusqu’aux Jeux Olympiques de 1924, année où fut installé le chauffage dans les chambres. Appelé pour faire la guerre du Maroc, son fils, François-Joseph, laissa l’établissement en gérance à un italien, qui le baptisa « Hôtel de Milan ». Puis, revenu d’Afrique, il reprit la gestion de la maison et décida en 1934 de la nommer « Hôtel Albert 1er et de Milan », en hommage au Roi de Belgique, alpiniste chevronné amoureux de la station, qui venait de décéder.

Luxe et clan total
Depuis cinq générations, la famille Carrier est donc, c’est un euphémisme, dévouée corps et âme à son enfant de ciment, pierres de taille et poutres apparentes, qu’elle n’a jamais cessé d’embellir. Au cours des années 80, lorsque Pierre Carrier et son épouse Martine succédèrent à Marcel, ils entreprirent de nombreux travaux. Le chalet y double son nombre d’étoiles, qui passa à 4 (l’hôtel possède aujourd’hui 5 étoiles). Dans les années 90, Pierre Carrier décida de ravaler les façades. Il fit appel à l’architecte décorateur Bernard Ferrari, qui proposa de mettre en scène une polychromie de beiges pour souligner l’aspect Belle Epoque du bâtiment, mariant ainsi le style typique et chaleureux des chalets chamoniards, avec une esthétique moderne, haut de gamme. Les chambres y ont gagné en surface et en confort, la capacité d’accueil étant réduite de 50 à 15 logements, mesurant désormais tous plus de 20m². Bernard Ferrari a également intégré à l’intérieur des murs l’iconographie exceptionnelle des Alpes. Gravures et peintures donnent leur personnalité à chaque chambre, et sont agrandies pour servir de tête de lit. Les coloris des œuvres ont guidé le choix des tissus, rideaux, tapis, pierres, émaux, meubles anciens, ces derniers rappelant le origines paysannes de la Vallée.

Ferrari comme moteur
Quand il ne put plus pousser les murs, Pierre Carrier décida de racheter une partie du terrain d’où son père avait été exproprié au moment de la construction de l’Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisle, dans le but d’y bâtir de grandes fermes savoyardes. Il se heurta dans un premier temps aux autorités locales, qui voulaient une nouvelle fois user de leur droit de préemption, mais obtint, au bout de dix ans de persévérance, gain de cause.
Le grand projet de Pierre Carrier était de racheter de vieilles et vétustes fermes d’alpage, afin de les déconstruire et d’utiliser leurs matériaux pour agrandir la capacité d’accueil du Hameau, tout en préservant le patrimoine régional et en aidant des familles vivant dans la plus grande pauvreté.
Le démantèlement de la première ferme débuta en 1986, quatorze autres suivront, nécessitant plus d’une centaine de rotations en hélicoptère et l’intervention d’une douzaine d’entreprises de menuiserie. Ce n’est que onze ans plus tard que les inaugurations de la « Ferme », du « Chalet Soli » et du « Grépon » purent débuter.

La Maison Carrier
Le chef, Stéphane Gassot (ancien second de la table du Hameau), et le directeur, Serge Ratton, dirigent depuis plus de dix ans le second restaurant de la famille Carrier. Le point commun entre les deux établissements est une qualité de service irréprochable, toute l’équipe étant aux petits soins avec chaque client. Il est mitonné dans ces murs une authentique cuisine d’auberge de montagne, dans un cadre tout aussi véritable, puisqu’il s’agit d’une ferme d’alpage très chic, exactement reconstituée, qui dispose de la plus haute borne de la région (17 mètres), où sèchent les charcuteries et cuisent à la broche les viandes. Stéphane Gassot ne cache pas que ses menus sont pensés pour les skieurs et les randonneurs. Ils sont donc très généreux, roboratifs, mais personne ne s’en plaindra, car chaque plat possède un goût juste. La spécialité de la Maison Carrier est le cochon, qui est à l’honneur dans un menu lui étant spécialement dédié. Sous forme de boudin, de terrine, de pied et de filet mignon, on y découvre avec régalade toutes les facettes de l’animal. Les carrés d’agneau rôtis à la broche, sont également fameux. Quant aux desserts, il s’agit essentiellement de tartes réalisées à la mode régionale, qui sont à disposition, en buffet, à volonté. La carte des vins (120 références) couvre toutes les régions sur des coefficients généralement doublant (de la Mondeuse, au Corton-Charlemagne en passant par Yquem). Pas étonnant que la Maison Carrier soit toujours pleine à craquer et même fréquentée par des champions olympiques.
Menu de la Maison (2 plats, fromages ou desserts) – 29 €
Menu « Tout Cochon » (4 plats, fromages et desserts) – 40 €
Tél : 04 50 53 00 03

Le Bachal
Le Spa du Hameau Albert 1er, nommé le Bachal (bassin, en patois local), offre différentes possibilités de détente. Dans une ambiance douce et feutrée, trois esthéticiennes-masseuses diplômées d’Etat proposent de nombreux soins : gommage oriental, enveloppement d’algues, bain hydro massant, manucure, massages aux huiles essentielles (30 à 120 € par soin). L’espace de remise en forme est équipé d’appareils de musculation, d’un magnifique hammam et d’un saune en libre accès pour la clientèle de l’hôtel. Le Jacuzzi et la piscine extérieure-intérieure, extrêmement bien chauffés, permettent en hiver de se baigner au milieu des mottes de neige.

La revue du vin de France publié le 04 janvier 2013-->

Accord met vin

 

Accord met vin 2

 

Accord met vin 3

  

Accord met-vin : un dessert parfait pour un château d’Yquem 1988

Clémentine soufflée en coque, crêpe suzette safranée et château d’Yquem 1988. Un accord dessert-vin d’une rare finesse décrit par Caroline Furstoss, sommelière et membre du comité de dégustation de La RVF.

Le 50ème déjeuner œnologique du Hameau Albert 1er à Chamonix a été bouclé en beauté, le 16 décembre dernier, avec un dessert de haut vol pour accompagner un nectar de rêve qui était ce jour là à l’honneur : Château d’Yquem à Sauternes.

Un château d’Yquem 1988 qui se révèle complexe et racé en totale harmonie avec une clémentine soufflée en coque, crêpe suzette safranée.

La texture mousseuse de la préparation s’est fondue totalement avec la fraîcheur du sauternes qui offre un toucher de bouche onctueux. La clémentine, bien-sûr, au cœur de l’accord que l’on retrouve en force dans le vin, mais aussi ce soupçon de safran qui est suggéré dans la crêpe suzette si gourmande.

« IL EST RARE QUE LES ACCORDS ATTEIGNENT CETTE HARMONIE »

Un vin avec une palette aromatique reste un challenge pour le sommelier dans l’exercice de l’accord met-vin. Comme l’explique Sancrine Garbay, maître de chai du Château d’Yquem, « il est rare que les accords atteignent cette harmnoie » ! En collaboration avec le chef pâtissier de la maison, Christian Martray, le chef sommelier, nous a prouvé que la fin de repas peut être forte en émotions !

Fort de sa collection de tous les millésimes de château d’Yquem depuis 1970, le restaurant Hameau Albert 1er peut être fier de ses trésors.

Légende photo : une partie de la collection de Château d'Yquem du restaurant Hameau Albert 1er à Chamonix et le chef sommelier Christian Martray (à droite).

Légende photo : clémentine soufflée en coque et crêpe suzette safranée

Cliquez ici pour lire l'article

Revue Art de Vivre novembre 2012-->

Hameau Albert 1er Magazine 2013-->

La biodynamie et le vin (interview de notre chef sommelier Christian MARTRAY)-->

Les conseils d'achats de Christian Martray-->

conseils d'achat CM  

Les conseils d’achats de Chrisitan Martray

 

« Profitez des prix »

« Les meilleures cuvées de jacquère pour un plaisir immédiat, des vins secs et croquants. Sinon, restez fidèles au chignin-bergeron, sans oublier les cuvées de roussette réussies. En rouge, prenez d’assaut les multiples mondeuse et gamays sélectionnés ici. La Savoie est un vignoble où la notion prix/plaisir a du sens, c’est l’occasion d’en profiter ! »

LA RVF n°562 – Juin 2012

 

A Apremont, Christian Martray, chef sommelier à l’Albert 1er

Hameau Albert 1er – Hôtel, restaurants et spa famille Carrier et Maillet – 38 route du Bouchet – 74400 Chamonix Mont Blanc – France – Tel : 0033 (0)4 50 53 05 09 – Fax : 0033 (0)4 50 55 95 48 – mail : infos@hameaualbert.fr